La presse

La 17ème édition de cette grande course réinvestira le secteur graylois le 17 mars. A l’approche du grand jour, les bénévoles sont plus que jamais dans les starting blocks.

C’est comme cela depuis 17 ans ! A pareil époque les organisateur du noyau dur des ” Boucles “, qui se sont hissées depuis trois ans au rang prestigieux de seconde course de Franche-Comté, sont toujours sur le qui-vive.
Si la compétence, le sérieux et savoir-faire de ces derniers en la matière n’est plus à faire, il n’empêche que ces compétiteurs chevronnés (c’est aussi ce qui contribue au succès de cette course organisée par des coureurs pour des coureurs) ne se reposent pas sur leurs lauriers.

Perfectionnistes

Voulant toujours faire mieux et plus, ces fondus du bitume, qui partagent leur passion, peaufinent dans les moindres détails d’année en année cet événement qui au-delà de l’épreuve sportive qui, rappelons-le, accueille anonymes et champions avec les mêmes égards, est aussi une grande fête où sport et générosité vont de pair.
Et force est de constater que le travail acharné des bénévoles, bénéficiant de l’appui logistique des communes traversées et le soutien de nombreux acteurs de la vie économique de Gray et ses environs, s’amplifie d’année en année. Et cela pour offrir aux marathoniens deux parcours plats de 10 et 21 km, deux épreuves à label FFA classantes et qualificatives aux championnats de France 2002, des primes, des roses, des diplômes, des lots de valeur et toujours plus de convivialité. Cette année encore, à l’heure des inscriptions les bulletins arrivent toujours plus nombreux. André Antoine, président du comité organisateur, se dit serein, ajoutant que les inscriptions sur le 10 km sont en augmentation.

Recherche de bénévoles

Chez Jean-Luc Roux, l’informaticien des Boucles qui officie à ce poste depuis une bonne décennie, le moral est au beau fixe. Ce prof d’informatique au lycée Cournot qui est lui aussi un marathonien chevronné, a peaufiné au fil du temps son programme avec l’aide d’un ancien élève, Laurent Stocker. ” Nous avons une bonne connaissance des Boucles et le matériel est de plus en plus performant ” précise ce dernier en saisissant les nouvelles inscriptions, collectées la veille par Pascale Martin, la marathonienne grayloise dont les exploits et les défis en matière de courses à pied ont traversés bien des frontières.
Un instant plus tard à Chargey-les-gray, Roland Gaconnet, autre fondu des ” Boucles “, en charge du traçage du parcours, fait part de ses impressions pour cette nouvelles édition : ” Il faut que tout soit parfait, j’ai déjà 70 personnes qui seront affectées sur tout le parcours. Mais il en faudrait plus. On ne sait jamais, un imprévu de dernière minute et…. “, confie cet autre perfectionniste.
Sur la brèche le jour J, tout au long de la course, ce dernier patrouillera sans relâche du matin au soir, pour voir si chaque emplacement stratégique est tenu. ” 80 barrières vont être mises en place sur l’axe de la déchetterie à Rigny, passage où cette année les coureurs se croiseront, il faudra contrôler “. Comme ses collègues, il ne souhaite plus qu’une seule chose, ” qu’il ne pleuve pas ! “.

Fabienne HENRY

Partager

Laisser un commentaire